Livres universels pour tous n'héberge aucun fichier. La loi française vous autorise à télécharger un fichier seulement si vous en possédez l'original. Ni Livres universels pour tous, ni nos hébergeurs, ni personne ne pourront êtres tenu responsables d'une mauvaise utilisation de ce site.
counters
widgets

samedi 10 janvier 2015

Le dernier stade de la soif

FREDERICK EXLEY 
Le dernier stade de la soif


pdf et epub

Le Dernier Stade de la soif de Frederick Exley (A Fan’s notes en VO) est un roman américain de 1968 tout juste traduit. 
Il apparaît aujourd’hui dans une édition d’une beauté rude, tout droit sorti d’une époque lointaine que nous avions fini 
par momifier dans un brouillard glamour à force de biopics et de coffrets anniversaire, comme si les beatniks prenaient 
des douches tous les jours et que la bombe atomique n’était finalement qu’un prétexte aux blagues de Peter Sellers.
S’il est tentant de rapprocher Le Dernier Stade de la soif des romans fondateurs de l’époque, comme Vol au-dessus 
d’un nid de coucou ou L’Attrape-cœurs, il porte une absence de concession au romanesque qui rappelle Martin Eden, l’autobiographie semi-fictive de Jack London. Dans ces deux romans, le narrateur et son héros parviennent à l’écriture 
au prix de leur vie, et de leur fantasme d’écrivain. Dans les deux romans, les dernières pages sont d’une rare beauté et 
Exley comme London n’épargne personne, surtout pas lui-même. Les personnages de son roman sont à peine fictifs, 
pris dans une étrangeté qui les empêche d’atteindre à la moindre sanctification littéraire (celle par exemple d’un Dean Moriarty). Gifford, le joueur de Giants et seul véritable héros du livre, doit déchoir, souffrir et échouer pour permettre 
au narrateur d’être sauvé ou d’échouer entièrement; on ne saurait trancher. Le livre que l’on tient est d’autant plus 
fort que l’on mesure son prix. Après avoir détruit sa vie de famille, sa santé, son équilibre mental, bu tout l’argent 
qu’il pouvait taxer aux derniers amis avec lesquels il se brouille méthodiquement, le narrateur finit par brûler le 
manuscrit du livre que l’on est en train de lire. It’s better to burn out than to fade away.

pdf
epub

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire