Livres universels pour tous n'héberge aucun fichier. La loi française vous autorise à télécharger un fichier seulement si vous en possédez l'original. Ni Livres universels pour tous, ni nos hébergeurs, ni personne ne pourront êtres tenu responsables d'une mauvaise utilisation de ce site.
counters
widgets

vendredi 6 janvier 2017

"Ma vie à deux balles, Génération débrouille"

"Ma vie à deux balles, Génération débrouille" 

Sophie Brändström  et Mathilde Gaudechoux  (Auteurs)

pdf et epub
Les auteurs ont choisi le mode narratif pour décrypter la génération Y, ce qui rend l'ouvrage à la fois vivant et crédible, tous les personnages décrits étant bien réels. Dans la peau de Noémi, jeune journaliste fraîchement débarquée à Paris, elles racontent comment vivre de la débrouille, au fil de leurs rencontres avec de nombreux jeunes, comme Kevin le squatteur, Thomas et son "Cinéma solaire", Timothée et son « Café sauvage » ou Abou le journaliste du Val Fourré. Autant de tranches de vie et de modes de vie alternatifs qui naviguent entre vraie galère parfois, bohême et idéalisme souvent, Do it yourself (DIY ou "faire soi-même") et récup toujours.

Au fil des pages, chacun pourra certes y glaner une série de trucs et astuces pour pratiquer la débrouille (notamment dans le Carnet pratique, en fin d'ouvrage), comme les Jeudis de la coloc, les événements culturels organisés dans des squats recensés sur le site paris.intersquat.org ou plus prosaïquement le fait de fixer un fouet sur une perceuse pour faire la cuisine, pour ne citer que ceux-là.

Les ( plus ou) moins avertis découvriront même bien plus que cela dans cette enquête très documentée: des pratiques émergentes, voire de plus en plus courantes, comme le gratuivorisme, dit aussi « freeganisme » (mot-valise à mi-chemin entre la gratuité et le véganisme - pratique consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation, soit oeufs, lait ou fromage par exemple -) ou encore le logement de l’ensemble du personnel d’une société par son employeur dans une maison à partager.
On s’éloigne parfois de l’économie collaborative mais l’air de rien, elle est très présente. « A l’heure où les réseaux sociaux sont un terrain propice au narcissisme », qu'ils soient hyperconnectés ou déconnectés au fin fond du Lot, les protagonistes de la débrouille version « Ma vie à deux balles » ont en commun le sens de l’entraide, de la communauté, des réseaux associatifs et de la créativité née du chaos, « nous qui avons connu la crise des subprimes au début de nos études ou au moment où on cherchait du boulot », dixit la narratrice.
http://blog.lefigaro.fr/share-qui-peut/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire